lundi 5 mars 2012

Paris-Nice (1933-2014)



Paris-Nice est une course cycliste à étapes française. Créée en 1933, elle est organisée par Amaury Sport Organisation. Elle a lieu au mois de mars, ce qui en fait la première course par étapes majeure de l'année en Europe. Elle fait partie du calendrier mondial UCI. Surnommée « course au soleil », elle se déroule entre Paris et sa région, et Nice. L'Irlandais Seán Kelly y détient le record de victoires avec sept succès consécutifs entre 1982 et 1988.

Albert Lejeune souhaite, au début des années 1930, créer un évènement cycliste afin de promouvoir les deux journaux qu'il dirige : Le Petit Journal et Le Petit Niçois. Le premier est basé à Paris, le second à Nice. En 1933, il crée une course par étapes reliant ces deux villes. Elle a lieu en mars, à la fin de l'hiver, dans le prolongement de la saison cycliste sur piste durant laquelle les courses de six jours sont prisées à l'époque. D'une durée de six jours, la course est nommée « Six jours de la Route ». La course doit permettre aux coureurs de reprendre la compétition sur route. Par conséquent, le parcours évite les Alpes et suit lavallée du Rhône. Seul l'arrière-pays niçois présente quelques difficultés. Sept éditions ont lieu jusqu'en 1939. Les journaux Lyon Républicain et Marseille-Matinsont partenaires des journaux de Lejeune dans l'organisation de la course. En 1939, les organisateurs sont Ce Soir et Le Petit Niçois, qui reçoivent le concours de L'Auto. En 1940, la Seconde Guerre mondiale empêche la tenue de la course.
Le journal Ce Soir organise la course en 1946. Malgré la satisfaction de ses journalistes Georges Pagnoud et François Terbeen, il ne prolonge pas l'opération.
En 1951, la course est organisée sous le nom de « Paris-Côte-d’Azur » par l'hebdomadaire Route et piste, à l'initiative de Jean Médecin, maire de Nice, qui souhaite promouvoir la Côte d'Azur. Ele prend le nom de Paris-Nice en 1954. Durant cette période, elle passe du statut de course de préparation et d'entraînement à celui de course à part entière. En 1957, Jean Leulliot, directeur de la course depuis 1951, quitte Route et piste dont il est rédacteur en chef. Il devient l'organisateur de Paris-Nice via la société Monde Six.
En 1959, la course est courue sur un parcours Paris-Nice-Rome et donne lieu à trois classements : un premier entre Paris et Nice, un deuxième entre Nice et Rome, et un troisième additionnant les deux. Devant les critiques à l'encontre de la longueur de la course (1 955 km), la formule est abandonnée.
En 1966, la course est le théâtre d’une rivalité Raymond Poulidor-Jacques Anquetil qui divise la France.
À partir de 1969, l’arrivée est jugée en haut du col d’Èze (de nos jours, l’arrivée est jugée sur la Promenade des Anglais à Nice).
Jean Leulliot meurt en 1982. Sa fille Josette lui succède à la tête de la société Monde Six.
En 1988, l'Irlandais Seán Kelly s’impose pour la septième fois en sept ans (il détient toujours le record de victoires).
En 2000, l'ancien coureur Laurent Fignon devient organisateur de l'épreuve. En 2002, il revend Paris-Nice à la société organisatrice du Tour de France (ASO).
En 2003, la course est marquée par la mort du coureur kazakh Andrei Kivilev, à la suite d’une chute lors de la deuxième étape, arrivant à Saint-Étienne. Kivilev ne portait pas de casque. Il meurt dans la nuit et, le lendemain, le peloton entier est d’accord pour neutraliser la troisième étape, courue à un rythme très lent et sans la moindre attaque. La course reprend sa tournure normale lors de la quatrième étape arrivant auMont Faron, qui voit la victoire du compatriote de Kivilev, Alexandre Vinokourov, en solitaire, qui brandit une photo de son ami décédé en passant la ligne.
Richie Porte vainqueur de l'édition 2013.


Riche Porte a livré une démonstration sur le contre-la-montre final entre Nice et le Col d'Eze. Tout au long des 9.6 kilomètres, le coureur de l'équipe Sky a maîtrisé son sujet. Il a devancé Andrew Talansky (Garmin-Sharp) et Nairo Quitana (Movistar). Au général, le Français Jean-Christophe Péraud (AG2R La Mondiale) s'est octroyé la troisième place grâce à un excellent chrono, en dépit d'une chute.


LES VAINQUEURS:




Alphonse SCHEPERS 1933

Gaston REBRY 1934



René VIETTO 1935




Maurice ARCHAMBAUD 1936


Roger LAPEBIE 1937

Jules LOWIE 1938

Fermo CAMELLINI 1946

Roger DECOCK 1951

Louison BOBET 1952

Jean Pierre MUNCH 1953

Raymond IMPANIS 1954 & 1960

Jean BOBET 1955

Fred DE BRUYNE 1956 & 1958

Jean GRACZYCK 1959

Jacques ANQUETIL 1957-1961-1963-1965-1966

Jef PLANCKAERT 1962

Jan JANSSEN 1964

Tom SIMPSON 1967

Rolf WOLFSHOHL 1968

Eddy MERCKX 1969-1970-1971

Raymond POULIDOR 1972 & 1973

Joop ZOETEMELK 1974 & 1975

Michel LAURENT 1976

Freddy MAERTENS 1977

Gerrie KNETEMANN 1978

Gilbert DUCLOS-LASSALLE 1980

Stephen ROCHE 1981

Sean KELLY 1982-1983-1984-1985-1986-1987-1988
7 VICTOIRES RECORDMAN

Miguel INDURAIN 1989-1990

Tony ROMINGER 1991 & 1994

Jean-François BERNARD 1992

Alex ZÜLLE 1993

Laurent JALABERT 1995-1996-1997

Frank VANDENBROUCKE 1998

Michaël BOOGERD 1999

Andréas KLÖDEN 2000

Dario FRIGO 2001

Alexandre VINOKOUROV 2002-2003

Jörg JAKSCHE 2004

Bobby JULICH 2005

Floyd LANDIS 2006

Alberto CONTADOR 2007 & 2010

Davide REBELLIN 2008

Luis Léon SANCHEZ 2009

Tony MARTIN 2011











2012
Bradley Wiggins











Richie Porte (Aus)
2013-2015

Carlos Betancur (Col)
2014


Geraint Thomas (Gbr) 2016

 




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire