vendredi 30 septembre 2011

José Manuel Fuente né le 30 septembre 1945


José Manuel Fuente Lavandera est un coureur cycliste espagnol, né le 30 septembre 1945 à Limanes (Asturies) et mort le 18 juillet 1996 à Oviedo, d'unepancréatite aiguë. Professionnel de 1970 à 1976, il a remporté le Tour d'Espagne en 1972 et 1974.

Pur grimpeur, surnommé el Tarangu, Fuente se distingue surtout dans les courses à étapes. Il a ainsi remporté quatre fois le Grand prix de la montagne duTour d'Italie et une fois celui du Tour d'Espagne. Il a la particularité d'avoir remporté des étapes et d'être monté sur le podium des trois grands tours.


Après quelques résultats convaincants comme sa victoire dans le Tour de Tarragone 1969, il passe professionnel l'année suivante, dans la petite équipe Licores Karpy. Il réalise un bon Tour d'Espagne, en terminant 16e et vainqueur du classement des néo-professionnels. Sa cinquième place dans le Tour des Asturies, assortie du classement par points, et sa victoire dans la dernière étape du Tour de Catalogne achèvent de convaincre les dirigeants de l'équipe KAS de l'enrôler. Cette formation est la plus grosse structure en Espagne et une des plus fortes au monde.
Fuente se présente au départ du Tour d'Espagne 1971 avec de solides ambitions, mais il le traverse de manière anonyme et échoue à la 54e place finale. La légende du coureur prend sa source dans le Tour d'Italie 1971. Bien que finissant seulement 39e au classement général final, il remporte une difficile étape de montagne qui arrivait à Pian del Falco di Sestola. De plus, il s'applique à grappiller des points dans les différents cols du Giro, ce qui lui permet de décrocher son premier classement du meilleur grimpeur. Il participe à son troisième grand tour de l'année, et ce à moins de 25 ans, puisque les dirigeants de l'équipe l'alignent au départ du Tour de France 1971. À Orcières-Merlette, il est mis hors délais comme 68 autres coureurs par l'exploit de Luis Ocaña. Repêché, il remporte, quelques jours plus tard, l'étape pyrénéenne de Luchon, après une échappée solitaire. Il s'impose de nouveau, le lendemain, dans une autre étape de montagne arrivant à Superbagnères.
Il connaît la consécration en remportant le Tour d'Espagne 1972, alors qu'il n'était au départ que l'équipier de Miguel María Lasa et de Domingo Perurena. Lors de la 12e étape, il réalise l'exploit de sa carrière. Parti dès les premiers kilomètres, d'abord pour défendre le maillot jaune de son coéquipier Perurena, il s'en va seul pour s'imposer en solitaire avec neuf minutes d'avance sur le peloton des leaders. Son avance est telle qu'il remporte cette Vuelta, avec en prime le classement du meilleur grimpeur, malgré les attaques de Agustín Tamames2. Lors du Tour d'Italie 1972, il se présente comme le principal rival d'Eddy Merckx. Dès le quatrième jour, il remporte une demi-étape qui arrive en altitude dans les Apennins. Il arrive avec deux minutes d'avance sur le Belge et s'empare dumaillot rose. Toutefois, il perd le maillot trois jours plus tard sur une attaque de Merckx et de Gösta Pettersson, dans la région calabraise. Il gagne encore une étape au col du Stelvio, s'adjugeant pour la deuxième année consécutive le Grand prix de la montagne. Il termine deuxième à cinq minutes d'Eddy Merckx, en ayant porté le maillot rose sur quatre étapes.
Il se présente sur le Tour d'Italie 1973, en ayant fait l'impasse sur le Tour d'Espagne. Eddy Merckx y est dominateur, Fuente en moindre condition, s'impose, tout de même, lors de la dernière étape de montagne grâce à une échappée solitaire. Il termine huitième et vainqueur du classement du meilleur grimpeur. Il s'engage au Tour de Suisse pour préparer le Tour de France. Il y remporte deux étapes de montagne, termine deuxième d'un contre-la-montre en côte et s'impose au classement général final2. En l'absence d'Eddy Merckx, il est le principal adversaire de Luis Ocaña sur le Tour 73. Considéré comme le meilleur grimpeur du monde, Ocaña lance une attaque, longuement préméditée, sur les secteurs pavés de l'étape Roubaix-Reims, pour l'éliminer. Fuente perd plus de sept minutes sur son adversaire. La 8e étape, de haute montagne, est le tournant du Tour. Ocaña montre qu'il est le plus fort. Fuente attaque dans le col du Télégraphe. Seuls sept hommes restent en tête, puis dans la montée du col du Galibier, il n'y a plus que Fuente qui reste avec Ocaña. Dans le col de l'Izoard, il ne le relaie plus. Fuente change de roue et doit laisser partir Ocaña qui dans la montée vers la station de Les Orres, le contient. Fuente finit à 58 secondes, le troisième à près de sept minutes. José Manuel se trouve alors deuxième mais à neuf minutes. Thévenet lui subtilise la deuxième marche du podium dans lesPyrénées. Fuente finit toutefois troisième et monte, ainsi, en à peine deux ans, sur les trois podiums des grands tours. Il faudra attendre Miguel Indurain pour qu'un autre Espagnol en fasse de même.
Au départ de la Vuelta 1974, le podium du Tour 1973 est réuni. Fuente remporte la première étape de montagne. Le lendemain, il dépossède son coéquipier Perurena du maillot de leader, dans un contre-la-montre en côte. Puis, il gagne l'étape au sommet du Monte Naranco. Le lendemain Ocaña est retardé sur incident mécanique et la course semble jouée tant Fuente domine ses adversaires en montagne. Mais il est victime d'une chute lors de la 18e et avant-dernière étape qui l'affaiblit en vue du dernier contre-la-montre. Il résiste bien à Ocaña et à Lasa mais son principal adversaire, le Portugais Joaquim Agostinho, parvient à lui reprendre plus de deux minutes sur cette étape. Pourtant ça sera insuffisant et Fuente remporte son second Tour d'Espagne avec onze secondes d'avance, malgré des piètres qualités de rouleur et ses blessures. Il se présente au Tour d'Italie 1974 face à Eddy Merckx. Il gagne la 3e étape et s'empare du maillot de leader. Puis lors des deux étapes de montagne suivantes, il remporte ses deuxième et troisième victoires. Merckx ne s'avoue pas vaincu et lui reprend trois minutes lors du premier contre-la-montre, Fuente garde le maillot. Le lendemain, lors d'une étape de plaine, le Belge attaque Fuente, qui victime d'une fringale, termine à six minutes du peloton. Il perd le maillot rose. Il remporte encore deux étapes, laisse à son coéquipier Santiago Lazcano, la 17e étape et s'adjuge pour la quatrième année d'affilée le trophée du meilleur grimpeur. En terminant cinquième du classement général final à moins de trois minutes trente de Merckx, on mesure l'importance de sa fringale dans la 13e étape. Il était un des rares à pouvoir contester l'hégémonie d'Eddy Merckx. Avant l'arrivée de Miguel Indurain, il était l'Espagnol qui avait passé le plus de jours en rose sur le Tour d'Italie (4 en 1972 et 14 en 1974).

Lors du Tour d'Espagne 1975, il doit abandonner l'épreuve pour une infection rénale et mettre entre parenthèse sa carrière. Cette infection l'obligera, jusqu'à sa mort, à se soumettre à des séances d'hémodialyse. Un an plus tard, son ami Felice Gimondi l'invite à intégrer son équipe, la "Bianchi". Malgré une victoire d'étape dans le Tour des vallées minières, sa méforme persiste et il abandonne l'équipe et le cyclisme en juin.
En 1988, désormais propriétaire d'une boutique de cycles à Oviedo, il crée l'équipe cycliste CLAS-Cajastur. En 1995, à l'occasion de l'arrivée de la Vuelta à Oviedo, le monde cycliste lui a rendu hommage, Merckx, Gimondi et Thévenet étaient présents. Marié, père de trois enfants, il subit une transplantation rénale en mai 1996, mais décède deux mois plus tard, après deux semaines d'hospitalisation.

Palmarès

Ocana devant Fuente et van Springel en 1973.

Résultats sur les grands tours

Tour de France

  • 1971 : 72e, vainqueur de 2 étapes
  • 1973 : 3e
  • 1975 : abandon (1reb étape)

Tour d'Espagne

  • 1970 : 16e, vainqueur du classement des néophytes
  • 1971 : 54e
  • 1972 : vainqueur final, vainqueur du grand prix de la montagne, du classement combiné et d'une étape
  • 1974 : vainqueur final, vainqueur de 2 étapes
  • 1975 : abandon

Tour d'Italie

  • 1971 : 39e, vainqueur du grand prix de la montagne et d'une étape
  • 1972 : 2e, vainqueur du grand prix de la montagne et de 2 étapes
  • 1973 : 8e, vainqueur du grand prix de la montagne et d'une étape
  • 1974 : 5e, vainqueur du grand prix de la montagne et de 5 étapes


source:wikipedia & photos:dewielersite


Edmond Jacquelin, né le 30 septembre 1875


Edmond Jacquelin, né à Santenay le 30 septembre 1875, mort à Paris le 29 juin 1928, est un coureur cycliste français.

Au début du 20ème siècle, Edmond Jacquelin surnommé "Piou-Piou", est une véritable vedette. Boulanger à Paris, il se fait connaître sur la piste du Champ de Mars, puis, soldat, remporte le Championnat de France 1896 de vitesse. En 1900, il rafle le G.P de Paris sur piste, le Championnat de France et le Championnat du Monde. Champion très populaire, il parade au Bois de Boulogne dans sa calèche tiré par deux chevaux blancs et dans sa loge privée à la Comédie Française. Sa victoire le 16 mai 1901 sur Major Taylor, "Le Nègre volant", sur la toute nouvelle piste du Parc des Princes marque le sommet de sa gloire. Il meurt dans la misère en 1928.

Dessinateur : Burty - Imprimerie Paul Dupont vers 1900, Paris

Edmond Jacquelin débuta sur la piste en terre du Champ de Mars, puis, vint tourner sur celle du vélodrome des Arts Libéraux. C'est en 1893 qu'il effectua ses grands débuts en gagnant à Buffalo le finale de l'épreuve de vitesse de la Toussaint. Il s'affirma comme un adepte des grands développements dont l'usage convenait parfaitement à son exceptionnelle puissance, surtout au moment du démarrage. Il connut une popularité extraordinaire et les matchs qu'il livra contre les meilleurs étrangers, notamment contre Major Taylor, réputé invincible, le 16 mai 1901, prirent tout à coup l'allure d'évènements. Le pied de nez effronté qu'il se permit dans l'ivresse de la victoire, à l'adresse de son adversaire, appartient à l'Histoire du sprint.
Il fut le champion du "Brassard" des sprinters, sorte de championnat sur défis, qu'il conserva face à McDonald, Johnson, Jaap Eden, Parlby, Chinn, Pontecchi, etc... Créée par Tristan Bernard, cette épreuve lui fit connaitre une popularité énorme. Il attirait les plus grandes foules quand il se mettait en piste, ne craignant personne.
Il a laissé dans l'Histoire du cyclisme international des souvenirs qui prennent aujourd'hui l'allure de Légendes.


1894
2ème du Championnat de France de demi-fond sur 100 km

1895
1er du G.P de Milan de vitesse
1er du G.P de Madagascar de vitesse

1896
Champion de France de vitesse 
1er du G.P d'anvers de vitesse
1er du G.P de Vienne de vitesse
1er du G.P de l'Espérance de vitesse
1er du Prix de la Finance à Paris avec Ludovic Morin
2ème du G.P de Paris de vitesse
2ème du G.P d'Ostende de vitesse
3ème du Championnat du Monde de vitesse

1897
1er du G.P de l'Espérance de vitesse

1898
1er du G.P de Turin de vitesse
1er du G.P de Pâques de vitesse
2ème du G.P de Berlin de vitesse
2ème du G.P de Roubaix de vitesse
3ème du Championnat du Monde de vitesse
3ème du G.P d'Allemagne de vitesse

1899
1er du G.P de Berlin de vitesse
3ème du G.P de Copenhague de vitesse

1900
Champion du Monde de vitesse 
Champion de France de vitesse 
1er du G.P de Paris de vitesse
1er du G.P d'Allemagne de vitesse
1er du G.P de Lille de vitesse
1er du G.P de Nantes de vitesse
1er du G.P de Roubaix de vitesse
1er du G.P de Senlis de vitesse
1er du G.P de l'Espérance de vitesse
2ème du Championnat du Monde de tandem avec Jean-Baptiste Louvet
2ème du G.P d'Anvers de vitesse
2ème du G.P d'Ostende de vitesse
2ème du G.P de Turin de vitesse
3ème du G.P de l'Exposition de Paris de vitesse

1901
1er du G.P d'Anvers de vitesse
1er du G.P de Reims de vitesse
1er du G.P d'Europe de vitesse à Lyon
1er du G.P du Conseil Municipal de Nantes de vitesse
1er du G.P de la Pentecôte de vitesse à Paris
2ème du Championnat du Monde de vitesse
2ème du G.P de l'UVF de vitesse
2ème du G.P d'Automne de vitesse à Nantes
3ème du Championnat de France de vitesse
3ème du G.P de la République de vitesse

1902
Champion de France de vitesse 
1er du G.P de Nantes de vitesse
1er du G.P de Pâques de vitesse
2ème du G.P Arthur-Augustus Zimmermann de vitesse

1903
2ème du Championnat de France de vitesse
2ème du G.P de Nantes de vitesse
2ème du G.P National de vitesse
3ème du G.P du Conseil Municipal de Nantes de vitesse

1904
1er du G.P de France de vitesse
1er du G.P de Pâques de vitesse à Paris
2ème du G.P de Dortmund de vitesse
2ème du G.P de Roanne de vitesse
3ème du G.P de Nantes de vitesse
3ème du G.P de Neuilly de vitesse

1905
3ème du G.P de Buffalo de vitesse

1907
2ème du G.P del Piemonte de vitesse
3ème du G.P de l'UVF de vitesse

1908
2ème du G.P de Paris de vitesse
19ème du Giro di Lombardia

1909
9ème des 6 jours de Berlin avec Max Heiny (All)

1911
3ème du G.P de Pâques de vitesse à Paris
3ème du G.P d'Amérique de vitesse à Paris
3ème du G.P de Copenhague de vitesse

1914
Participe aux 6 jours de Berlin avec Anteo Carapezzi (Ita)
Abandon aux 6 jours de Paris avec Alfred Beyl





source:mémoirducyclisme & photos:dewielersite


Jean-Paul van Poppel né le 30 septembre 1962



Jean-Paul van Poppel est un ancien coureur cycliste néerlandais, né le 30 septembre 1962 à Tilburg.
Il deviendra professionnel en 1985 et le restera jusqu'en 1995. Il y remportera 94 victoires.
Sprinter d'exception affectionnant les courses à étapes et surtout les Grands Tours, il y enleva 22 étapes. Il remporta 9 étapes du Tour de France, 4 étapes duTour d'Italie et 9 étapes du Tour d'Espagne.
Dans les années 2000, il devint manager et directeur sportif d'équipes professionnelles féminines.
Son fils Boy van Poppel embrasse lui aussi une carrière professionnelle après quelques grands titres décrochés chez les juniors puis espoirs. Il est devenu ainsi champion du monde junior de cyclo-cross en 2006.

Palmarès

1985


Résultats sur les grands tours

Tour de France

  • 1987 : 130e, vainqueur de 2 étapes, Jersey green.svg vainqueur du classement par points
  • 1988 : 138e, vainqueur de 4 étapes
  • 1989 : abandon
  • 1990 : 146e
  • 1991 : abandon, vainqueur d'étape
  • 1992 : 127e, vainqueur d'étape
  • 1993 : abandon
  • 1994 : abandon, vainqueur d'étape


source:wikipedia & photos:dewielersite


Kenny van Hummel né le 30 septembre 1982


Kenny Robert van Hummel (né le 30 septembre 1982 à Arnhem) est un coureur cycliste néerlandais, membre de l'équipe Skil-ShimanoProfessionnel depuis 2002, il a notamment remporté le Tour de Hollande-Septentrionale en 2007.

En 2009, alors dans l'équipe Skil-Shimano, il remporte au sprint de nombreuses victoires aux Pays-Bas.

Palmarès

Résultats sur les grands tours

Tour de France




source:wikipedia & photos:dewielersite