jeudi 30 juin 2011

Silvain Chavanel né le 30 Juin 1979

Le Podium du championnat de Franc 2011 Sébastien Chavanel au centre

Sylvain Chavanel (né le 30 juin 1979 à Châtellerault dans la Vienne) est un coureur cycliste français. Professionnel depuis 2000, il est membre de l'équipeQuick Step. Il a notamment été champion de France de cyclisme sur route en 2011, trois fois champion de France du contre-la-montre, en 2005, 2006 et 2008, et a remporté trois étapes du Tour de France, en 2008 et 2010. Son frère cadet Sébastien Chavanel est également cycliste professionnel.

2000-2003 : L'espoir du cyclisme français

Très jeune, Sylvain Chavanel est considéré comme un des grands espoirs du cyclisme français. Faisant ses armes dans la toute jeune équipe Bonjour, il est repéré par le grand public sur le Tour de France 2001 où il est l'équipier de François Simon, plusieurs jours maillot jaune.
En 2002 et 2003, il confirme ces espoirs. Il remporte le Trophée des Grimpeurs 2002, les Quatre jours de Dunkerque 2002 et le Tour du Haut-Var 2003, se forgeant une carte de visite impressionnante pour son jeune âge. Il termine également deuxième du Tour du Poitou-Charentes en 2002 et 2003 et du Tour du Morbihan 2003, troisième du Tour de Belgique 2002 et du Tour Méditerranéen 2003. Il prouve en même temps ses qualités de rouleur sur les prologues et contre-la-montre courts, comme sur le Dauphiné-Libéré, le Critérium International ou Paris-Nice : 5e de ces deux courses en 2003, il obtient là ses premiers grands résultats internationaux à 23 ans.
Chavanel termine la saison 2003 à la 36e place mondiale.

2004-2007 : La difficile confirmation

Durant la seconde partie de sa carrière, Chavanel tarde à se montrer à la hauteur du talent pressenti, ne parvenant jamais à dépasser le classement qui avait été le sien en 2003.
Au cours de cette période, marquée notamment par son transfert chez Cofidis fin 2004, Chavanel remporte quelques belles victoires : la Polynormande 2004, leTour du Poitou-Charentes 2005 et 2006, dont il remporte 3 étapes, les Quatre jours de Dunkerque de nouveau, en 2004, le Tour de Belgique 2004, le Circuit de la Sarthe2005 ou encore le Championnat de France contre-la-montre en 2005 et 2006.
Avec son frère Sébastien à gauche
Malgré ces succès de prestige, il ne parvient pas à s'imposer au niveau supérieur. 12e du Championnat de Zurich 2005, 12e encore du Critérium du Dauphiné libéré 2006, avec notamment une belle 5e place au sommet du Mont Ventoux, 16e du Tour d'Espagne 2007, il ne pèse jamais réellement sur ces courses par étapes, et ne parvient pas à briller sur le Tour de France, où il ne remporte pas d'étape.

2008-2009 : la maturité

2008 voit le retour d'un Chavanel offensif, qui trouve enfin un terrain à sa convenance sur les classiques flamandes du mois de mars.
Vainqueur d'étape en début de saison sur le Tour Méditerranéen, puis deuxième du Tour de l'Algarve, il arrive en pleine confiance sur Paris-Nice où, profitant d'une course de mouvement les trois premiers jours, il s'empare du maillot jaune à l'issue de la 3e étape, à Saint-Étienne. Perdant son maillot le lendemain sur les pentes du mont Serein au profit du néerlandais Robert Gesink, il part à nouveau à l'offensive et remporte à Cannes la 6e étape. Il termine neuvième de ce Paris-Nice 2008 qu'il aura animé de bout en bout.
À la fin du mois de mars 2008, il participe pour la première fois à À travers les Flandres et à la Flèche Brabançonne, qu'il remporte toutes deux, à 4 jours d'intervalle, chaque fois en solitaire. En juin 2008, il remporte pour la troisième fois le Championnat de France contre-la-montre.
Le 25 juillet 2008, il gagne la 19e étape du Tour de France à Montluçon, en battant au sprint son compagnon d'échappée Jérémy Roy. Il est élu coureur le plus combatif duTour de France2.
En juillet 2008, il s'engage pour deux saisons avec l'équipe Quick Step, où il retrouve son ancien coéquipier Jérôme Pineau.
Chavanel participe alors pour la deuxième fois à la Vuelta. Le 3 septembre, il termine deuxième de l'étape contre-la-montre à Ciudad Real de la Vuelta 2008, et prend la deuxième place dans le classement général, à 2 secondes de Levi Leipheimer. Le lendemain, entre Ciudad Real et Tolède, Chavanel et son équipe travaillent pour lui permettre de prendre deux fois 6 secondes de bonification aux sprints intermédiaires, et pour empêcher ses adversaires de faire de même. Il enfile ainsi le 4 septembre, à l'issue de la 6e étape, le maillot d'or de leader du Tour d'Espagne. Il le perd le lendemain sur la route d'Andorre au profit d'Alessandro Ballan, avant d'abandonner à quelques jours de l'arrivée. Cette saison qu'il termine avec 7 victoires lui permet de remporter le Vélo d'or français.
2009 commence aussi bien pour Chavanel que 2008. quatrième du Trophée Bunyola, à nouveau deuxième du Tour de l'Algarve, il participe à Paris-Nice, où il réalise une bonne 1re étape contre-la-montre en prenant la septième place, puis remporte, grâce à une bordure provoquée par l'équipe Rabobank, la 3e étape. Porteur durant trois jours du maillot de leader, il le perd dans l'ascension de la Montagne de Lure au profit d'Alberto Contador, mais termine tout de même troisième du classement général. Il finit cinquième du Grand Prix E3 et septième d'À travers les Flandres. Lors de Paris-Roubaix, il termine huitième. Il a également attaqué au Tour des Flandres. En juin, il prend une décevante deuxième place au championnat de France du contre-la-montre, battu par le vététiste Jean-Christophe Péraud. Il participe au Tour de France, s'échappe à plusieurs reprises et prend la quatrième place de la 13e étape en ayant été victime d'une fringale. En août, il se met en évidence lors de Eneco Tour en remportant le prologue et en terminant à la seconde place du classement général.

2010 : Leader de la Quick Step

Après avoir terminé 14e de Paris-Nice, Chavanel dispute les classiques. Il termine 21e de Milan-San Remo, 22e de Gand-Wevelgem et 24e du Tour des Flandres. Il est à nouveau 24e lors de la Flèche brabançonne, qu'il a gagné en 2008. Il dispute les classique ardennaises et termine 16e de l'Amstel Gold Race. Il est victime d'une chute près de l'arrivée lors de Liège-Bastogne-Liège alors qu'il allait revenir dans le groupe Cunego-Voeckler après avoir attaqué après le franchissement de la côte de la redoute. Souffrant de fractures dentaires et d'une commotion cérébrale, il doit être opéré et n'est plus en mesure de s'entraîner pendant huit semaines. Cette chute et ses conséquences doivent le priver d'une participation au Tour de France 2010.
Cependant, il revient à la compétition dès le Tour de Suisse et figure dans la sélection de Quick Step pour le Tour de France. Une semaine avant le départ du Tour, il est, comme en 2009, deuxième du championnat de France du contre-la-montre, devancé cette fois-ci de 25 secondes par Nicolas Vogondy.
Lors du Tour de France, il remporte à l'issue d'une échappée qu'il termine en solitaire la deuxième étape. Cette étape est marquée par les chutes de leaders comme Andy SchleckLance Armstrong ou encore Alberto Contador. Le peloton, attendant ces coureurs, laisse partir le Français qui endosse ainsi le maillot jaune avec près de 3 minutes d'avance sur le Suisse Fabian Cancellara, précédent leader. Il ne le garde qu'une journée. Lors de l'étape d'Arenberg, il est en effet retardé par une chute de Fränk Schleck puis par deux crevaisons qui lui font perdre 4 minutes permettant ainsi à Cancellara de lui reprendre le maillot jaune. Il remporte le 10 juillet la septième étapeau terme d'une nouvelle échappée et reprend le maillot jaune aux dépens du Suisse, victime d'une défaillance. Il perd à nouveau ce maillot dès le lendemain, lors de la première étape alpestre. À la fin du Tour, il est élu le coureur le plus combatif. C'est la deuxième fois, après 2008, qu'il obtient le prix2. À la fin de la saison, il est sélectionné par Laurent Jalabert pour participer à la course en ligne et au contre-la-montre au championnat du monde‎ à Melbourne, en Australie.

2011

Après un début de saison où il est souvent à l'avant, il manque la victoire de peu au Tour des Flandres. Alors qu'il semble l'un des  plus forts, il échoue d'un demi roue face à Nick Nuyens qui remporte cette édition 2011. Une semaine plus tard, il chute lourdement dans la classique Paris-Roubaix, qui fut une véritable catastrophe pour l'équipe Quick Step puisque Tom Boonen abandonne suite à deux chutes et à un problème mécanique. Le 26 juin 2011, à Boulogne-sur-Mer, il remporte le Championnat de France de cyclisme sur route après avoir résisté pendant 25 km au retour de Thomas Voeckler et d'Anthony Roux

Palmarès, résultats et distinctions

Palmarès

Résultats sur les grands tours

Tour de France

  • 2001 : 65e du classement général.
  • 2002 : 36e du classement général.
  • 2003 : 37e du classement général.
  • 2004 : 30e du classement général.
  • 2005 : 58e du classement général.
  • 2006 : 45e du classement général.
  • 2007 : retrait de l'équipe Cofidis.
  • 2008 : 61e du classement général, vainqueur de la 19e étape et Jersey red number.svg supercombatif.
  • 2009 : 19e du classement général.
  • 2010 : 31e du classement général, vainqueur des 2e et 7e étapesMaillot jaune maillot jaune pendant 2 jours et Jersey red number.svg supercombatif.

Tour d'Espagne

  • 2007 : 16e du classement général
  • 2008 : non-partant (17e étape), Maillot or maillot or pendant 1 jour

Distinctions



source:wikipedia & photos:dewielersite

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire