lundi 21 mars 2011

"Spécial" Hugo Koblet né le 21 Mars 1925



Hugo Koblet, né le 21 mars 1925 à Zurich et mort accidentellement le 6 novembre 1964 à Esslingen, commune de Egg, près de Zurich, est considéré comme l’un des meilleurs coureurs cyclistes suisses professionnel de 1946 à 1958.

Biographie

Après avoir failli devenir boulanger-pâtissier dans le petit commerce familial, puis ferronnier, il commença sa carrière professionnelle comme pistard en 1946. Entre 1947 et 1954, il remporta tous les championnats de Suisse en poursuite. Dans cette discipline, il fut troisième au championnat du monde en 1947 et deux fois deuxième en 1951 et 1954. Après qu’il eut gagné en 1950 le championnat suisse sur route, toute l’Europe connut son nom quand il fut le premier non-Italien à s’adjuger le Tour d'Italie. Peu après il gagnait le Tour de Suisse.
En 1951, il battit le coureur cycliste italien Fausto Coppi dans le Grand Prix des Nations, qu’on regardait alors comme le championnat du monde officieux du contre la montre. Mais le plus grand succès de sa carrière fut sa victoire dans le Tour de France en 1951, où il remporta en outre cinq étapes.
S’il ne put renouveler sa victoire dans le Tour de France, ses succès ne s’arrêtèrent pas pour autant. C’est ainsi qu’il fut deux fois deuxième du Giro (1953 et 1954), et deux fois de plus gagna le Tour de Suisse (1953 et 1955), deux fois le Trophée de Zurich (1952 et 1954) et une fois le Tour de Romandie (1953). Malheureusement, après sa victoire au championnat de Suisse sur route en 1955, son niveau baissa nettement : il ne pouvait plus gagner que des épreuves de second ordre et il se retira en 1958.
En raison de son allure et de son élégance, on le surnommait « le Pédaleur de charme ». Après les plus grands efforts sa fatigue ne l’empêchait pas de soigner sa présentation, sur ce point il était tout l’opposé de son rival Ferdi Kubler. Souvent, il se donnait un coup de peigne peu avant le poteau d’arrivée pour pouvoir donner de lui une image plus avantageuse sur la photo.
Six ans après avoir décroché, Koblet mourut à l’âge de 39 ans dans un accident de voiture ; l’hypothèse d’un suicide n’est pas exclue. Des témoins oculaires, notamment l'agriculteur Emile Isler qui travaillait à ce moment-là dans le champ voisin, assurent qu’il roulait à vive allure dans son Alfa Romeo blanche sur la route entre Zurich et Esslingen. Les conditions météorologiques et la circulation étaient parfaites. Mais le véhicule se dirigea droit contre un arbre sans que Koblet eût essayé d’éviter le choc.


Palmarès



1946
2ème du  Championnat de Suisse de poursuite


1947Champion de Suisse de poursuite 
1er de l'étape contre-la-montre par équipes du Tour de Romandie
1er à Nyon
1er au Locle
1er à Ottringen
1er à Baden
3ème du Championnat du Monde de poursuite
3ème de Zürich-Lausanne
Abandon au Tour de Suisse
- 1er de la 1ère étape (a)
14ème du Championnat de Zürich


1948Champion de Suisse de poursuite 
1er à Lausanne
1er à Genève
1er des 6 jours de Chicago (avec Walter Diggelmann)
2ème de Milan-Zürich
- 1er de la 1ère étape
4ème du Championnat du Monde de poursuite
10ème du Tour de Suisse
- 1er de la 5ème étape
- 3ème de la 4ème étape
- 3ème de la 7ème étape (a)
- 3ème de la 7ème étape (b)
- 6ème de la 6ème étape
12ème du Tour de Romandie
- 1er de la 6ème étape
12ème du Championnat de Zürich


1949Champion de Suisse de poursuite 
1er des 6 jours de New-York (avec Walter Diggelmann)
3ème du G.P de Suisse
8ème de la course de côte de Lausanne
14ème du Tour de Romandie
- 1er de la 4ème étape
- 3ème de la 1ère étape (contre-la-montre par équipes)


1950Champion de Suisse de poursuite 
Vainqueur du Giro d'Italia
- 1er du G.P de la montagne
- 1er de la 6ème étape
- 1er de la 8ème étape
- 2ème de la 4ème étape
- 2ème de la 9ème étape
- 4ème de la 16ème étape
1er du Tour de Suisse
- 1er de la 4ème étape (a)
- 1er de la 4ème étape (b)
- 1er de la 6ème étape
- 2ème du G.P de la montagne
- 3ème de la 5ème étape
- 5ème de la 7ème étape
1er du G.P de Suisse
1er des 6 jours de Hanovre (avec Armin Von Buren)
1er à Lyss-Payerne
1er à Aarau
1er à Bâle
1er du Critérium de Delgess
1er de l'omnium de Zürich
1er à Cavaillon
1er du Critérium International de Zürich
2ème du Tour de Romandie
2ème du G.P du Locle
3ème du G.P de Lugano
3ème des 6 jours de Paris (avec Armin Von Buren)
3ème du Championnat d'Europe d'américaine
3ème du Challenge Desgrange-Colombo
4ème des 6 jours d'Anvers (avec Armin Von Buren)
6ème du Trofeo Baracchi
13ème du G.P des Nations
3ème du Challenge Desgrange-Colombo


1951Champion de Suisse de poursuite 
Vainqueur du Tour de France
- 1er de la 7ème étape
- 1er de la 11ème étape
- 1er de la 14ème étape
- 1er de la 16ème étape
- 1er de la 22ème étape
- 3ème ex-aequo du G.P de la montagne
- 3ème de la 20ème étape
- 4ème de la 5ème étape
- 4ème de la 9ème étape
- 5ème de la 17ème étape
- 6ème de la 2ème étape
- 7ème de la 19ème étape
- 7ème ex-aequo de la 24ème étape
1er du G.P des Nations
1er du G.P de Suisse
1er du Critérium des As
1er à Bruxelles (G.P du Centenaire)
1er à Vienne
1er à Nice
2ème du Tour de Suisse
- 1er de la 2ème étape (b)
- 1er de la 7ème étape
- 2ème du G.P de la montagne
- 2ème de la 4ème étape
- 3ème de la 2ème étape (a)
- 4ème de la 5ème étape
- 6ème de la 3ème étape
- 6ème de la 6ème étape
2ème du Tour de Romandie
2ème du Championnat du Monde de poursuite
2ème du G.P de Lugano
2ème du Circuit de Nyon
2ème du G.P du Locle
2ème des 6 jours de Francfort (avec Armin Von Buren)
4ème du Championnat de Zürich
6ème du Giro d'Italia
- 1er de la 19ème étape
- 3ème de la 6ème étape
- 3ème de la 18ème étape
- 8ème de la 12ème étape
- 8ème de la 14ème étape
7ème de Neuchâtel-Genève
4ème du Challenge Desgrange-Colombo
1er du Challenge Edmond Gentil







1952Champion de Suisse de poursuite 
1er du Championnat de Zürich
1er des 6 jours de Dortmund (avec Armin Von Buren)
1er des 6 jours de Francfort (avec Armin Von Buren)
1er de la Nuit de Zürich d'américaine
2ème du Tour de Romandie
- 1er de la 4ème étape
2ème du Critérium de Baie
5ème des 6 jours de Paris (avec Lucien Gillen)
8ème du Giro d'Italia
- 2ème de la 14ème étape
- 6ème de la 7ème étape
- 9ème de la 5ème étape
- 9ème de la 20ème étape
Abandon au Tour de Suisse
- 3ème de la 2ème étape
- 5ème de la 3ème étape


1953
Champion d'Europe d'américaine (avec Armin Von Buren)
Championt de Suisse de poursuite 

1er du Tour de Romandie
- 1er de la 1ère étape3 étape
- 1er de la 2ème étape
- 1er de la 3ème étape (a)
1er du Tour de Suisse
- 1er de la 3ème étape
- 1er de la 6ème étape
- 1er de la 8ème étape
- 2ème de la 1ère étape
- 2ème de la 2ème étape
- 2ème de la 4ème étape
- 2ème de la 7ème étape
1er des 6 jours de Francfort (avec Armin Von Buren)
1er des 6 jours de Bruxelles (avec Armin Von Buren)
1er à Schaffhouse
1er à Neuhausen
2ème du Giro d'Italia
- 1er de la 8ème étape
- 2ème de la 2ème étape
- 2ème de la 19ème étape
- 3ème de la 18ème étape
- 4ème de la 20ème étape
- 6ème de la 4ème étape
- 7ème de la 15ème étape
- 8ème de la 16ème étape
- 9ème de la 7ème étape
- 10ème de la 6ème étape
2ème des 6 jours de Dortmund (avec Armin Von Buren)
3ème des 6 jours d'Anvers (avec Armin Von Buren)
4ème de Rome-Naples-Rome
- 1er de la 2ème étape (b)
- 1er de la 3ème étape
7ème à Daumesnil
Abandon au Tour de France (10ème étape)
- 2ème de la 9ème étape
- 4ème de la 2ème étape
- 7ème de la 4ème étape
- 8ème de la 7ème étape
- 9ème de la 5ème étape


1954Champion d'Europe d'américaine (avec Armin Von Buren)
Champion de Suisse de poursuite 

1er du Championnat de Zürich
1er de Sassari-Cagliari
1er des 6 jours de Zürich (avec Armin Von Buren)
1er du G.P Martini à Genève
1er du G.P de Suisse
1er à Locarno
1er à Lausanne
2ème du Giro d'Italia
- 1er de la 15ème étape
- 1er de la 21ème étape
- 2ème de la 7ème étape
- 3ème de la 20ème étape
- 4ème de la 22ème étape
- 6ème de la 1ère étape
- 6ème de la 2ème étape
- 6ème de la 12ème étape
- 8ème de la 11ème étape
2ème du Championnat du Monde de poursuite
3ème des 3 jours d'Anvers
- 1er de la 1ère étape (a)
- 1er de la 3ème étape (b)
3ème des 6 jours de Francfort (avec Armin Von Buren)
3ème du Critérium des As
3ème du Trofeo Baracchi (avec Ferdi Kübler)
4ème du Championnat de Suisse
7ème de Rome-Naples-Rome
- 1er de la 3ème étape
12ème de Milan-San Remo
13ème du Tour de Romandie
- 1er de la 3ème étape
19ème de Paris-Roubaix
9ème du Challenge Desgrange-Colombo
Abandon au Tour de France (13ème étape)
- 1er de la 4ème étape (a) (contre-la-montre par équipes)
- 2ème de la 6ème étape
- 3ème de la 2ème étape
- 10ème de la 4ème étape (b)





1955Champion de Suisse 
1er du Tour de Suisse
- 1er du G.P de la montagne
- 1er de la 2ème étape
- 2ème de la 4ème étape
- 2ème de la 5ème étape
- 2ème de la 8ème étape
- 3ème de la 6ème étape
1er du Championnat d'Hiver à Paris
1er du Tour du Tessin
1er des 6 jours de Dortmund (avec Armin Von Buren)
1er de l'américaine de Zürich (avec Armin Von Buren et Walter Zehnder)
1er de l'américaine de Bâle (avec Armin Von Buren)
1er du Critérium de Winterthur
1er du G.P d'Ussel
1er à Sète
2ème du Tour de Romandie
- 1er de la 3ème étape (b)
2ème du Tour des Flandres
2ème du Championnat de Suisse de poursuite
2ème à Naples
3ème à Monthléry
3ème à Sassari
4ème des 6 jours de Francfort (avec Armin Von Buren)
5ème des 6 jours de Munster (avec Armin Von Buren)
5ème de Rome-Naples-Rome
5ème de Paris-Roubaix
9ème des 6 jours de Paris (avec Armin Von Buren)
10ème du Giro d'Italia
- 1er de la 21ème étape
- 3ème de la 6ème étape (contre-la-montre par équipes)
- 3ème de la 19ème étape
- 4ème de la 3ème étape
- 4ème de la 7ème étape
- 4ème de la 20ème étape
- 5ème de la 15ème étape
- 5ème de la 16ème étape
- 8ème de la 17ème étape
- 9ème de la 5ème étape
17ème de Milan-San Remo
4ème du Challenge Desgrange-Colombo


19561er du G.P de Ravenne (contre-la-montre par équipes)
1er de l'omnium de Sotteville (avec Ferdi Kübler)
1er de l'américaine de Bâle (x2) (avec Armin Von Buren)
1er de l'américaine de Bruxelles (avec Armin Von Buren)
1er de l'américaine de Paris (avec Armin Von Buren)
1er de l'américaine de Gand (avec Armin Von Buren)
1er de l'américaine d'Anvers (avec Armin Von Buren)
1er de l'américaine de Zürich (x2) (avec Armin Von Buren)
2ème du G.P de Winterthur
3ème du Championnat de Suisse d'américaine (avec Walter Bücher)
4ème des 6 jours de Zürich (avec Ferdi Kübler)
4ème de Cologne-Monzese
5ème des 6 jours d'Anvers (avec Armin Von Buren)
5ème du Critérium d'Europe à Bâle
14ème du Tour de Hollande
- 3ème de la 8ème étape (a)
- 3ème de la 8ème étape (b)
- 4ème de la 7ème étape
- 5ème de la 6ème étape
Abandon a la Vuelta a España (11ème étape)
- 1er de la 9ème étape
- 2ème de la 6ème étape
- 3ème de la 7ème étape
- 3ème de la 8ème étape
- 4ème de la 5ème étape
- 4ème de la 10ème étape (a) (contre-la-montre par équipes)


19571er du Critérium de Cagliari
1er de l'américaine de Zürich (avec Armin Von Buren)
1er de l'américaine de Bâle (avec Walter Bücher)
1er de l'américaine de Copenhague (avec Walter Bücher)
2ème du Championnat de Suisse de demi-fond
2ème du Critérium de Sassari
3ème du Championnat de Suisse à l'américaine (avec Armin Von Buren)
3ème du Tour de Romandie
6ème de Milan-Turin
8ème de Sassari-Cagliari
12ème du Championnat de Zürich
17ème de Milan-San Remo


19581er à Locarno
1er à Annemasse
1er d'une étape du G.P de Medellin
2ème à Barcelone
2ème à Bilbao
5ème de la Roue d'Or (avec Charly Gaul)



Tour de France 1951 : Hugo Koblet devient le Pédaleur de Charme.


Tout auréolé du "cataclysme" qu'il a provoqué en Italie, la saison précédente, en s'offrant le Giro au nez et à la barbe du super favori des tifosis, Gino Bartali "Le Pieux", l'élégant Helvète Hugo Koblet s'aligne au départ de ce Tour de France 1951 dans un état de grâce absolu.
Loin, néanmoins, d'être favori lorsque l'on côtoie, sur la ligne de départ de l'épreuve Française, des "Monuments" tels Coppi, Bartali, Bobet, Geminiani, Robic et autre Ockers, le "Dandy" Suisse n'en recueille pas moins les suffrages d'inconditionnels témoins de sa "Chevauchée Transalpine" de 1950.


La première semaine de course se déroule comme dans un rêve pour Hugo Koblet. Dès les premiers jours, il est membre d'une échappée, au long cours, qui le propulse aux avants postes de la course. Dans la foulée, il s'adjuge l'épreuve de vérité entre Rennes et Angers devant le "Boulanger de St Méen" et le "Campionissimo", s'il vous plaît. La "Douceur Angevine" n'est pas une vaine vue de l'esprit et personne n'est plus surpris lorsque, lors de la 11ème étape, l'enfant de Zurich fomente une "mission suicide" sous la forme d'une accélération intempestive dès le départ, en l'occurrence au Km 30 à la faveur d'une dénivellation anodine. Accompagné, un temps, dans son périple par le Nordiste Louis Deprez, Hugo Koblet n'en poursuivra pas moins seul sa démonstration de force insensée. A tel point que son directeur sportif, Alex Burtin, se portant à sa hauteur lui quémanda, avec véhémence, de refreiner ses ardeurs et d'en "garder sous la pédale". Le peloton, lui, interloqué, et en proie à toutes les "sournoiseries" des tactiques d'équipes, n'en mène, toutefois, pas large et, de ce fait, tergiverse, un long moment, sur l'attitude à adopter pour enrayer l'hémorragie représentée par le coup de folie du coureur Helvète. Les atermoiements des favoris, qui composent le peloton de chasse, ont pour conséquence directe d'aggraver le débours en temps de ces derniers sur Hugo Koblet.


Les Français, quant à eux, naviguent en plein désaccord. En outre, Bobet est victime d'une crevaison au plus mauvais moment et il ne doit son retour, au sein du peloton, qu'au prêt de la monture de son équipier Barbotin et la chasse conjointe orchestrée par un Geminiani furax et un Lazaridès dépité. Le vent de face laisse, pourtant, planer un doute sur la réussite de l'entreprise et augure, pour les plus optimistes, un retour des poursuivants dans des délais raisonnables. Mais à 70 bornes de la banderole d'arrivée, l'avance de l'intrépide Zurichois s'accroît inexorablement. Enfin, remisant leurs querelles de clochers, éventées pour l'occasion, à la rubrique nécrologique de la guerre des peuples, "Gaulois" et "Romains" s'unissent pour une poursuite "ébouriffante" sous la houlette des Bobet, Coppi, Bartali, Geminiani et consorts. En configuration de poursuite par équipe cela aurait tendance à faire réfléchir n'importe quel présomptueux, n'en doutons pas ! Pas notre fringant Suisse ("Il n'y a pas le feu au lac !" prend tout son sens), apparemment, qui dans son style, de poursuiteur émérite, coulé, la pédalée aisée et majestueuse continue d'affoler le chrono au détriment des poursuivants lancés plein pot ! Je passe sur cette passe d'armes haletante qui perdurera des kilomètres et des kilomètres sans que le train lancé, pourtant, à vive allure ne puisse raccroché la locomotive Zurichoise.


Et c'est relevé, le teint resplendissant de l'homme ayant accompli un exploit, recoiffant sa chevelure bouclée à l'aide d'un peigne qui ne quittait jamais son cuissard, que Hugo Koblet franchira la ligne d'arrivée à Agen. Deux minutes et 35 secondes devant le peloton des poursuivants fourbus et ahuris. Bénéficiant d'une minute de bonification, Koblet aura parcouru les cent quarante deux kilomètres entre Brive et Agen à la moyenne conséquente et respectable de 38.946 km/h. Les adversaires du Suisse doivent, à présent, se rendre à l'évidence, et de concert, admettent unanimement la supériorité de leur bourreau du jour, "C'est pas possible un coureur pareil ! S'il existait deux Koblet, je changerai de métier sur l'heure..." bel hommage du "Grand Fusil".


Pour enfoncer un peu plus le clou, si besoin était, le fantastique rouleur Suisse ajouta, le plus normalement du monde, que lors de sa "randonnée" dévastatrice, il n'avait dû puiser dans ses réserves qu'à l'approche du but et non avant ! Les Pyrénées, ensuite, seront avalées dans le sillage d'un "Campionissimo" grandiose et les Alpes, Hugo Koblet, les appréhendera à merveille dans le sillage "bienveillant" des Geminiani, Lazaridès ou Bartali. Il triomphera à Paris vingt deux minutes devant l'Auvergnat volcanique Raphaël Geminiani. Sa fin de saison sera empreinte de la même maestria puisqu'il s'adjugera le Grand Prix des Nations devant son "Altesse" Fausto Coppi et pour parachever le "bel ouvrage" il se distinguera sur la piste en décrochant la médaille d'argent en poursuite lors des Mondiaux. Au lendemain de son triomphe dans la Grande Boucle, le chansonnier Jacques Grello, s'exprimant dans les colonnes du quotidien "Le Parisien Libéré", affublera le Suisse Hugo Koblet du pseudonyme, seyant comme un gant de velours, de "Pédaleur de Charme " !


Michel Crépel


Sources:wikipedia & mémoireducyclisme 
photos:dewielersite

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire